03/12/2005

Des institutions islamiques et “islamisées”

Depuis quelques années, le nombre de banques islamiques est en constante augmentation et le phénomène touche une grande partie du monde. Face à ce succès, certaines banques classiques ont mis en place des branches et des guichets proposant des services conformes aux principes de la Charia. De ce fait, de nos jours, la pratique bancaire islamique se décline sous différentes formes. Il existe dans un premier temps des banques et des instituts financiers islamiques dont les pratiques sont entièrement conformes aux valeurs de la Charia. Dans un deuxième temps, il existe des situations dans lesquelles les banques islamiques et les banques classiques se retrouvent dans un même environnement. La troisième forme découle du fait que certaines banques classiques proposent désormais des services respectueux des principes de la religion islamique. Enfin, la Banque Islamique de Développement est à elle seule une forme d’institution financière internationale islamique.

 

Leur répartition géographique

distribution_par_region_des_ifi.4.bmp

Source : « Défis au système bancaire islamique », de Munawar Iqbal, publié par l'Institut Islamique de Recherche et de formation   en 1998.

Si l’on analyse ce tableau, l’on se rend compte que l’Asie est le continent qui compte le plus d’institutions financières islamiques. Ces institutions sont également très nombreuses dans la région du Golf et au Moyen Orient. L’Europe quant à elle est loin sur la liste… Cependant, si l’on observe les faits, l’on se rend compte que le phénomène est en train de prendre de l’ampleur en Europe, notamment avec « l’islamisation » de certains groupes financiers multinationaux tels que la BNP ou encore le Crédit Agricole. Les banques « 100% classiques » n’ont qu’à bien se tenir ! Cependant, ne peut-on pas penser que les banques classiques, qui de nos jours s’adaptent aux besoins de la communauté musulmane, représentent un risque pour les banques islamiques? Les banques islamiques ne risquent-elles pas de devenir victimes de leur propre succès?